votre commentaire
  • Jean Froissart (froy-sahrt), one of the liveliest and most prolific writers of the Middle Ages, was descended from Flemish stock. He was born in Valenciennes, then part of Flanders. His father was a painter of armorial bearings. The young Froissart was also to serve nobility, producing all manner of chronicles, romances, occasional poems, and lyrics for the courts of Europe. At the age of eighteen he presented himself with glowing credentials to Queen Philippa of England and was appointed secretary and royal historiographer. He traveled throughout England and Scotland collecting and recording views on battles and wars. In 1366 he began a long series of travels throughout Europe, visiting almost every court and collecting various prizes, benefices, and pensions for his chivalric accounts of people and events. As a cleric, Froissart from time to time was assigned as priest to various parishes, but he never had the patience to carry out the mundane duties of masses, marriages, and funerals. He was too determined to see the world at first hand and to record the events around him.

    His famous Chronicles depict the major events of Western Europe from 1327 through the Hundred Years’ War and Crusades to the murder of Richard II in 1400. It is one of the most graphic accounts ever produced of any age and is spiced throughout with delightful autobiographical tidbits. His other works include the narrative Espinette amoureuseThe Prison of Love, and Joli Buisson de Jonece, which were imitated by Geoffrey Chaucer, and the Arthurian verse romance Méliador. Despite the fact that throughout his life he was the intimate of royalty and nobility and the friend and colleague of the greatest poets and historians of the fourteenth century, Froissart died an obscure death and was buried in an unmarked grave.


    Ainsworth, Peter F. Jean Froissart and the Fabric of History: Truth, Myth, and Fiction in the Chroniques. New York: Oxford University Press, 1990. Looks at the literary character of the Chronicles.

    De Looze, Laurence. Pseudo-autobiography in the Fourteenth Century: Juan Ruiz, Guillaume de Machaut, Jean Froissart, and Geoffrey Chaucer. Gainesville: University Press of Florida, 1997. Examines the autobiographical elements in the works of each of these literary figures.

    Demowski, Peter F. Jean Froissart and His “Méliador”: Context, Craft, and Sense. Lexington, Ky.: French Forum, 1983. Studies this Arthurian romance, one of Froissart’s major literary works.

    Palmer, J. J. N., ed. Froissart: Historian. Totowa, N.J.: Rowman & Littlefield, 1981. A collection of essays by scholars examining Froissart’s work as an historical chronicler.

    Shears, Frederic Sidney. Froissart: Chronicler and Poet. 1930. Reprint. Folcroft, Pa.: Folcroft Library Editions, 1972. A thorough study of Froissart’s life and work.

    Study Guides:

    Jean Froissart

    From Wikipedia, the free encyclopedia

    Froissart's statue in the Louvre
    Statue of Jean Froissart, Chimay (Belgium).

    Jean Froissart (c. 1337 – c. 1405) was one of the most important of the chroniclers of medieval France. For centuries, Froissart's Chronicles have been recognized as the chief expression of the chivalric revival of the 14th century Kingdom of England and France. His history is also one of the most important sources for the first half of the Hundred Years' War.


    <script type="text/javascript"> //<![CDATA[ if (window.showTocToggle) { var tocShowText = "show"; var tocHideText = "hide"; showTocToggle(); } //]]> </script>


    Very little is known of Froissart's life and the little that is known comes mainly from Froissart's own Chronicle and his poems. Froissart originated from Valenciennes, Hainaut, and his writings suggest his father was a painter of armorial bearings. Froissart began working as a merchant but soon gave that up to become a clerk. By about age 24, he had gained significant distinction and carried with him a letter of recommendation from the King of Bohemia when he became a court poet and a kind of official historian to Philippa of Hainault, queen consort of Edward III of England.

    The memoirs of his time in Philippa's service, between 1361 and 1369, were later put together with reports of other events he had witnessed, in his Chroniques ("Chronicles"). He took a serious approach to his work:

    Je suis de nouveau entré dans ma forge pour travailler et forger en la noble matière du temps passé
    ("Again I entered my smithy to work and forge something from the noble material of time past")

    He traveled around England, Scotland, Wales, France, Flanders and Spain gathering material and first-hand accounts for his Chronicle. He also went with Lionel Duke of Clarence to Milan to attend the duke's marriage to the daughter of Galeazzo Visconti. At this wedding two other significant writers of the Middle Ages were present, Chaucer and Petrarch.

    After the publication of this first book, and after the death of Philippa, he enjoyed the patronage of Joanna, Duchess of Brabant among various others. He received rewards—including the benefice of Estinnes, a village near Binche and later became canon of Chimay—which were sufficient to finance further travels, which provided additional material for his work. He returned to England in 1395 but seemed disappointed by the changes since he was last there and what he viewed as the end of chivalry. The date and circumstances of his death are unknown but St Monegunda of Chimay claims to be the final resting place for his remains although this is unverified.


    The text of Froissart's Chronicles is preserved in more than 100 illuminated manuscripts, illustrated by a variety of miniaturists. One of the most lavishly illuminated copies was commissioned by Louis of Gruuthuse, a Flemish nobleman, in the 1470s. The four volumes of this copy (BNF, Fr 2643; BNF, Fr 2644; BNF, Fr 2645; BNF, Fr 2646) contain 112 miniatures painted by the best Brugeois artists of the day, among them Loiset Lyédet, to whom the miniatures in the first two volumes are attributed.

    The English composer Edward Elgar wrote an overture entitled Froissart.

    Jean Froissart is also known to have been one of the first to mention the use of the verge and foliot, or verge escapement in European clockworks, by 1368.


    All miniatures by Loyset Liédet, unless stated.

    External links

    Copyright Information


    This article is distributed under the Creative Commons Attribution/Share-Alike License. For information on the contributors, please see the original Wikipedia article.


    <script type="text/javascript"> _qoptions={ qacct:"p-05Li3VIqFNZYI" }; </script><script type="text/javascript" src="http://edge.quantserve.com/quant.js"></script>

    votre commentaire

    Georges Beaurain des Antiquaires de Picardie dans sa “Notice historique” sur Orival décrit des éléments de l’histoire d’Orival. Il nous cite la liste des Seigneurs d’Orival Elle est particulière longue pour la publier ici. Cependant voici les extraits suivants :


    [...] Nous n’avons de certitude absolue, quant aux seigneurs  d’Orival qu’à partir de :

    1462 : Raoufequin de Riencourt qui présente,comme seigneur à la cure.

    1462-1742 : Les Riencourt. Marie-Catherine-Adélaïde de Riencourt, épouse à cette dernière date, François-Olivier de Saint-Georges, marquis de Vérac, et lui appporte Orival.

    1742-(jusqu’à la Révolution) : Les Saint-Georges.[...]

    Les seigneurs d’Orival n’avaient, dans leurs terres normandes que la moyenne et la basse justice. La haute justice appartenait aux seigneurs d’Aumale. C’est ce qui fait dire, en 1765, au marquis d’Orival, que ses terres normandes sont ” moins seigneuriales ” que ses terres picardes dans lesquelles il possédait précisément la haute justice.

    Rappelons que l’on désigne par basse justice, celle qui ne s’appliquait qu’aux affaires de peu d’importance et de haute justice, celle qui donnait Seigneur le droit de prononcer des peines capitales


    Les ” élévations ” du château d’Orival, de la tour d’Offignies, des églises d’Orival, de Lignières, de Saint- Saturnin, que fournit une pièce des Archives départementales de la Somme sont purement fantaisistes. Les églises nous sont parvenues elles ne ressemblent en rien aux petits dessins en question. Nous sommes assez renseignés sur la forme et l’aspect de la tour détruite d’Offignies pour en dire autant d’elle et, enfin, il est certain que le château d’Orival était autrement plus important et différent.

    Sur la motte rectangulaire qui seule nous est parvenue, le château comprenait un vaste corps de logis d’environ 120 pieds de long, tournant le dos à peu près au midi (Le pied est une ancienne mesure qui valait environ un tiers de mètre)

    Une aile, à l’Est, faisait retour d’équerre vers le Nord, sur une longueur de 70 pieds. Ces deux corps s’amortissaient en pavillons, formant saillie. A leur point de jonction étaient, extérieure­ment, une petite tourelle d’angle, carrée, à demi engagée et, intérieurement, une grosse tour à six pans, trois pans engagés. Une ” petite cour “, au Nord, occupait l’espace libre du rectangle de la motte.

    Dans ce château, on ne ramonait pas moins de 22 cheminées, en 1773. Sous la motte s’étendent, dit-on, d’importantes caves. L’admirable fronton du lit de la collection de M. le Docteur Herbet, qu’a reproduit la Société des Antiquaires de Picardie dans son Album archéologique donne une idée de ce que pouvait être le mobilier de ce château.

    La vente par  l’Administration des Domaines en commença le 10 juin 1793  produisit 11,583 livres.

    Tout fut dispersé à vil prix. La Bibliothèque de la ville d’Amiens conserve un Catalogue des livres du Château d’Orival dont le nombre avait été au moins augmenté en 1773.

    Divers bâtiments d’exploitation subsistent autour de la motte. Des ancres de fer inscrivent, sur l’un d’eux la date 1643. Le tout était entouré de jardins et du parc, sur 21 â 22 hectares (55 journaux 56 verges 1/3).


    Avant la révolution : – Diocèse de Rouen, doyenné d’Aumale. Depuis, diocèse d’Amiens, doyenné d’Hornoy. Vocables : la Vierge et Saint-Martin. Présentateur : le Seigneur du lieu.

    Curés :

    - 1202 : Gautier;

    - vers 1250-1260: le curé est suspendu depuis longtemps, il n’est pas chapelain ;

    - 1469: Roger Le Carpentier démissionne et est remplacé par Nicolas Du Pont;

    - 1482 : Jean Froissart démissionne  et  est remplacé par Jean Boulloche

    - 1521 : Jean Canu

    - 1523 : Pierre Delisle ;

    - 1616 : Claude Vallée ;

    - 1640/ 1653 : Jean Damiette ;

    - 1675 : François Dessuslefour ;

    -1693/1704: Jean Le Clerc ;

    - 1707-1752 : P.Thibault ;

    - 1753-1754 : Charles-François Du Hamel

    - 1755 : Antoine-Charles Rose;

    -1769 : Cottret qui, le 30 janvier 1791, prêta serment à la Constitution.

    II y eut souvent un vicaire. Décimateur : le curé, alias l’évêque d’Amiens qui donne à ferme la dîme, en 1688, pour 9 ans, moyennant, par an, 200 livres.

    Revenu de la cure : – vers 1250-1260 : 30 livres tournois. En1469, les temps sont bien changés. On estime que le bénéfice ne rapporte pas 60 sols tournois nets (valeur 8 livres tournois).

    C’est ce qui explique les démissions de curés notées ci-dessus. Ils n’y pouvaient vivre.

    Le prieur d’Hornoy, d’ailleurs, prélevait sans doute le plus clair du revenu en prenant annuellement 19 mines de blé et autant d’avoine et 10 sols sur les grosses dîmes.


    Église en briques, du XVIème siècle, sans caractère. Voûtes en bois dont les poinçons et les tirants sont supprimés et les sablières cachées. Elle est entièrement plafonnée et poly­chromée, on a simulé une voûte en pierres d’appareil. Clocher sur piliers de bois noyés dans des piliers de plâtre, ronds, à cannelures. Porte murée, au bas de la nef, côté de l’épître. Au pignon, formant chevet droit, deux fenêtres à arc brisé, murées. Chapelle seigneuriale. Orientation Nord. Nord-Est 75°. Les seules choses intéressantes sont une vierge dans une niche extérieure, au-dessus du portail, et trois pierres tombales.

    Une seule pierre subsiste de nos jours dans la rue de l’ancienne école


    Il y eut trois cloches dès le XVIIème siècle. Elles dataient de 1616 et 1640. Elles furent remplacées, en 1771, par trois autres qu’on descendit ” le 6e jour de la 3e décade du 2e mois de l’an II ” (17 nov. 1793) et conduisit au chef-lieu du district d’Amiens. On du les remplacer, mais les trois actuelles ne datent que de 1881.

    Les croix et armoiries des “ci-devant seigneurs et autres signes féodaux et royalistes ” furent enlevés le 7 pluviôse an II (26 janv. 1794), les bancs, autels “et accompagnements” vendus le 12 mars suivant (22 ventôse).

    Au XVème siècle, le cimetière était autour de l’église. Le presbytère s’y accotait et aboutait au bois du seigneur, c’est à dire sans doute à ce qu’on a appelé plus tard “le Bois du pare “. Ce presbytère était “maison d’omosne”, mais n’était pas “maison croisée”. Il n’était pas chargé d’aucun cens ni rente. Le presbytère avant la destruction de l’ancienne église était évidemment à la place qu’occupait celui du XVème siècle, mais il ne subsiste guère de traces de cimetière autour de l’église. II y était pourtant encore en 1541 et sans doute plus tard aussi. Mais il du en être ôté de bonne heure, vers 1670, âge qu’attestaient les trois vénérables tilleuls qui le cantonnaient de nos jours, à la sortie du village, vers Boulainvillers.

    Ces tilleuls ont été abattus vers 1957 , 58 ans après que l’un d’eux ait été touché par la foudre.

    Il existait au XVème siècle, dans l’église, une confrérie de Notre-dame fondée dans un but de piété mais dépourvue de

    Il existait au XVème siècle, dans l’église, une confrérie de Notre-dame fondée dans un but de piété mais dépourvue de

    revenu, et, en 1638, une confrérie du Rosaire.

    D’après le registre aux délibérations, l’église n.aurait été fermée et les cérémonies du culte interrompues que pendant à peine une année, du 15 germinal an II au 5 germinal an III (4 avril 1794 au 22 mars 1795).


    II existait, au XVème siècle, une maladrerie. Elle était construite sur environ 20 verges (10 ares 20 centiares) de terre, dans le village même, en un endroit où la rue, plus large, avait une de ces extensions herbues, si communes encore de nos jours, et qui portaient alors le nom de “froc”. C’était une “maison croisée”, c’est-à-dire “sur laquelle était fichée une croix de bois pour indiquer qu’elle était tenue en pure et perpétuelle aumône et complètement en dehors de la juridiction séculière”. Cette définition est de Mr Léopold Delisle, et ce qu’on dit de cette maison croisée d’Orival y répond, au moins partielle­ment. En effet, on dit bien que c’est une “maison d’omosne”, mais la juridiction n’en était pas certaine. La maladrerie passait pour relever de la justice du comte d’Aumale. Elle était habitée vers 1640 par un seul homme, de qui on ne dit pas qu’il fût lépreux – comme on le dit du Jean le Duc, de la maladrerie croisée de Lafresnoye, à la même époque – mais ce paraît probable. On le nomme “Miguel des Yeis”. II faisait, à cause de cette habitation, 6 sols de rente à la fabrique de l’église qui, pourtant, n’apparaît pas propriétaire de cette maladrerie. Cette maison n’a laissé aucun souvenir dans les noms de lieux-dits, ni les rues d’Orival.


    Les registres paroissiaux commencent en 1675. Les notes sont rares. On trouve des actes de l’État-civil des Riencourt aux : 9 août 1684, 9 septembre 1685, 12 septembre 1686, 18 mai 1688, 2 juin 1689, 28 juillet 1691, 5 et 7 mai 1694, 17 juillet 1698, 9 janvier 1717, 25 mai et 10 septembre 1771, 27 février 1776.

    Le premier volume aux délibérations est couvert d’un morceau de parchemin qui est un fragment de registre de recette de la prévôté de Montfort, pour l’année 1558. Ce volume embrasse la période du 15 juillet 1787 au 18 avril 1796 (29 germinal an IV). ce n’est d’abord qu’une table des Arrêts et Décrets, puis du Bulletin des lois. Les délibérations concernant Orival ne commencent qu’à la page 108, au 10 prairial an IV.

    Pour terminer, il faut noter que le lieu-dit Courreaux qui, du reste, n’a jamais fait partie d’Orival avant l’époque contempo­raine. Avant la Révolution, son territoire fait partie de celui de Morvillers, il est de la paroisse de Saint-Saturnin et, sous la Révolution encore, il appartient à la municipalité de Morvillers ». Féodalement, il était picard et rattaché à Offignies.

    La partie autrefois dénommée « Couraux » a été rattachée à Orival par ordonnance royale du 8 décembre 1829.Courreaux ou Couraux (les deux orthographes existent) correspond à la partie du village située vers Morvillers ; seule, la partie située après le monument aux morts portait le nom d’Orival.

    Source : d’après le journal de l’association des jeunes  « AUREA VALLIS »  (1994)

    votre commentaire
  • 03 décembre 2009

    Du cercle cherchons le sens. Le premier exemple donné, un cercle dans un marécage, montre les vestiges de ce que l’on appelle une “motte“, une butte de terre élevée de mains d’homme, ici en un lieu marécageux favorisant la défense, défense renforcée par une élévation complétée ou non de palissades et d’un fossé résultant de la terre prise du fossé et rejetée vers l’intérieur. La technique pourrait être utilisée pour et par quelques individus. Souvenez-vous de vos classiques : attaqués par les Indiens les soldats disposent charriots et matériaux en cercle pour affronter l’ennemi tout en se protégeant.

    L’exemple que nous donnons est situé dans le département des Ardennes, commune de Thin-le-Moûtier.

    motte de Thin-le-Moûtier

    aperçu de cette modeste fortification du Xe s. Photographie JP Boureux

    Si l’historien par chance trouve un texte contemporain de la construction, c’est pain béni ; sans quoi il lui faudra procéder par recoupement et raisonnement, à partir d’une typologie des sites d’une région, et proposer une hypothèse fiable. Pour cet endroit nous avons un texte rédigé peu avant 971 qui raconte que les moines du monastère de Thin se plaignent des ennuis que la garnison du château (castrum et castellum) de Thin leur cause. L’endroit est nommé Chantereine, terme qui désigne le chant de la grenouille, amphibien lié à la présence de l’eau. La présence défensive du marécage présente l’inconvénient de ne pas laisser de place à d’autres équipements et bâtiments. Restent sur le tertre, d’un diamètre de 50 m. à la base et d’une hauteur de 4 m., quelques vestiges de murs.

    marais de Thin devenu ensemble d'étangs

    J’ai photographié environ 1000 ans (1971) après la réalisation de cet ouvrage. De nos jours le marais est en partie asséché et draîné, des étangs ont été créés. Ces sites de petite taille et faible élévation sont fortement menacés et il faut aimer son patrimoine avec passion pour les préserver. Google Earth qui les laisse voir peut ainsi contribuer malgré lui à leur conservation.

    Revenons à Montaigu. Cette fois nous ne sommes plus dans un bas-fond marécageux mais sur une éminence détachée de la cuesta d’Ile-de-France, l’une des nombreuses buttes de la région au sud de Laon. A cet endroit que l’on discerne bien sur l’extrait de carte IGN 1/25000e ci-dessous, aidé par le relief, un seigneur a bâti sa demeure, naturellement protégée et dominante, tout en aménageant pour renforcer ce site naturel : il y détache et/ou construit une motte castrale.

    cartographie IGN de la butte et village de Montaigu

    butte et motte castrale de Montaigu

    Photographie Michel Boureux 1976

    Pour faire apparaître la structure par le dessin j’ai repris ci-dessous la technique employée par les dessinateurs topographes du XIXes. = une série de courbes est remplie de hachures dont l’espacement est égal au quart de la distance séparant deux courbes successives. Cela procure un rendu très expressif mais moins scientifique que les techniques actuelles développées par ordinateur.

    motte castrale de Montaigu en hachures

    En ce lieu l’origine de la fortification remonte à 948 et plusieurs textes d’auteurs connus des historiens (Flodoard, Richer,Suger, et plus tard de Monstrelet) racontent les péripéties relatives aux sièges de la butte par le roi Louis IV, ses successeurs et les grands du royaume au long des Xe, XIe et XIIe s. Au reste les siècles suivants verront encore des épisodes de siège en ce lieu très stratégique où la famille seigneuriale des Roucy-Pierrepont est inféodée. Toutefois, rappelons-le, le but de ce blog n’est pas d’entrer dans le détail des faits mais d’inciter à observer et comprendre, en évitant cependant si possible l’erreur par excès de simplification.

    Nous restons dans la thématique du cercle perçu comme moyen de ligne défensive, dans le cadre d’une origine artificielle voulue par un puissant, un groupe d’hommes restreint, ayant emprise sur le territoire. La butte de Montaigu est haute d’une cinquantaine de mètres et la motte dégagée d’environ six mètres. Sa largeur à la base oscille entre 90 et 65 m. et le sommet a un diamètre voisin de 27 m. Quelques vestiges de murs subsistent.

    Autre cas encore, l’emploi de l’eau par le moyen de fossés, en zone basse et à l’aide d’une motte ou enceinte peu élevée. On appelle enceinte une fortification elliptique établie à partir d’un talus qui délimite une zone centrale de faible élévation protégée par ce talus et le large fossé. Parfois seule la fouille permet de trancher clairement entre motte et enceinte.

    Ainsi, à Manre, Ardennes, canton de Montois apparaît clairement ce qui est probablement une enceinte. Un fossé large de 7 à 16 m., renforcé par un cours d’eau extérieur alimentant un moulin, protège un espace circulaire d’environ 70 m. de diamètre à la base, entouré d’un talus de 5 m. de haut. Comme vous pouvez voir en-dessous ce cas de figure est d’une grande lisibilité et il est pour l’instant fort heureusement préservé.

    enceinte de Manre en 1976

    photographie JP Boureux 1976

    Manre en 2009

    La végétation arborée a envahi le terrain et les fossés ne sont plus visibles de haut, comme on s’en rend compte à partir de cette image enregistrée sur Google Earth. On devine assez bien une seconde ellipse incluant l’église et des maisons et qui est probablement la basse-cour initiale.

    Nous n’avons pas de renseignements écrits anciens (= preuve absolue et nécessaire pour l’historien) sur l’histoire de cette fortification qui n’est documentée qu’à partir de 1273. Antérieurement sont cependant signalés des seigneurs du lieu. En 1273 les habitants sont affranchis et doivent payer une redevance “pour la fermeture de la ville de Menre”. Il est probable pourtant que la fortification existait antérieurement mais que son état défensif avait dû faiblir ou que, peut-être, sont alors édifiés des murs plus forts autour des deux enceintes. Toujours est-il que durant les combats de la Guerre de Cent-Ans la place est prise ou occupée par les divers protagonistes et que les actes du XVIIe s. mentionnent toujours le château, sa basse-cour et les fossés de l’ensemble. Vous percevez ici combien est délicate parfois la datation des structures pour l’historien et que la topographie résultant de l’analyse après observation a autant d’importance que les textes.

    Vous vous remémorez Vailly-sur-Aisne et son tracé de remparts évoqué dans la première note du thème du cercle d’Histoire. Je place une autre photographie prise par Michel Boureux qui excellait dans l’art de détecter mais aussi d’enregistrer différentes images sous divers angles. Il s’est attaché ici à obtenir un cliché zénital, qui est confirmé du reste avec l’extrait Google Earth qui suit en second, de manière à obtenir une lecture immédiate du plan (inconvénient : relief écrasé, on ne peut pas tout avoir en même temps…).

    Vailly-sur-Aisne : anciens remparts

    et ci-dessous image Google Earth


    Interprétation : il s’agit ici non plus d’une enceinte érigée par une personne ou un groupe limité mais par une collectivité. Son diamètre moyen est de 400 m. Cette dimension entre 350 et 500 m de diamètre, fossés compris correspond à celle des enceintes de la plupart de nos villes et bourgs qui ont connu une évolution historique semblable. Les créations nouvelles, par exemple des bastides du sud-ouest français, ont une forme et taille semblables. Très souvent ces noyaux étaient des villes véritables au moyen-âge et ils sont devenus des bourgs qui correspondent bien souvent à nos chefs-lieux de canton.

    Le lieu peuplé existe de long temps puisqu’on a confirmation d’un habitat gallo-romain suffisamment étoffé pour comprendre des villas à mosaïque et peut-être un édifice public, l’ensemble alimenté par un ou plusieurs aqueducs dont il subsiste des vestiges. Il est probable que la fortification ne date pas de cette période. La période mérovingienne est mal connue topographiquement mais un cimetière était installé au hameau perché de Saint-Précord, ainsi que probablement une église. Tout porte à croire que l’agglomération du bas existait toujours, dessinée à partir du substat antérieur antique. Au Xes l’archevêque de Reims Flodoard estime qu’il conviendrait de qualifier ce lieu de ville et au XIVes. les Dominicains y fondent un couvent, ce qu’ils n’engagent que dans des villes et ce qui est un peu étonnant ici du reste. Toujours est-il que parmi les péripéties d’existence de la bourgade figure un récit par le chroniqueur Jehan Froissart de la prise par échellement de “la bonne ville de Vailly” en 1359 (le terme même de ‘bonne ville’ désigne une ville forte). De même, lors de l’échange de Vailly contre Mouzon par le roi  avec l’archevêque de Reims en 1379, ces remparts sont mentionnés. En juillet 1429, Charles VII, Jeanne d’Arc et une partie de l’armée dorment à Vailly. Ces renseignements et d’autres m’avaient permis de figurer ainsi la localisation de quelques bâtiments du centre ville dans une brochure de 1979 :

    restitution du plan de Vailly au M.A.

    Nous limitons là cette note bien longue sur le sens du cercle dans le paysage vu de haut, conscient du fait que ces exemples trop courts ne sauraient constituer une base solide de réflexion mais seulement une prise de conscience de cette thématique riche de développements potentiels. Or une prise de conscience est nécessaire dans la préservation nécessaire de ces sites et malheureusement nous avons des exemples de destruction volontaire scandaleux et injustifiés, sinon par la volonté d’augmenter son bien matériel immédiatement et sans considération aucune de la valeur d’un patrimoine à transmettre.

    A ma connaissance n’existe qu’une tentative de reconstitution de motte en France, sous un aspect de maquette développée, pour un parcours ludique à Saint-Sylvain d’Anjou. N’importe quel moteur de recherche vous y enverra.

    Un développement conséquent et fort sérieux existe sur la motte castrale sur l’encyclopédie collaborative Wikipedia. Si vous avez le courage de lire les critiques d’auteurs vous constaterez que la recherche historique est désormais riche sur ce thème. A Caen, le doyen Michel de Boüard fut l’initiateur de l’archéologie médiévale en France dans les années 60, puis à Reims, dans sa lignée, M. le Pr. Michel Bur, de l’Institut, nous a engagés dans cette aventure alors nouvelle et certains des éléments évoqués ci-dessus ont fait partie de nos programmes de recherches dès la fin des années 60. Vous pourrez compléter vos données sur le web assez aisément là-dessus. Des étudiants rémois dont quelques-uns sont devenus spécialistes de ce type de recherches, à l’université de Reims ou de Nancy, ou dans des équipes CNRS poursuivent encore d’autres recherches dans le même esprit. De nombreuses publications, pas toujours facilement accessibles au grand public, témoignent de ces travaux. Seule l’optique voulue de ce blogue limite mon propos à des généralités forcément simplificatrices voire simplistes… Y dominent j’espère, outre ma volonté d’aider à découvrir, celle de porter un regard comme affectueux sur l’environnement naturel et sur des aspects qui me paraissent essentiels lors de mes balades impromptues : car c’est bien ainsi que naissent ces notes, c’est-à-dire avant tout selon l’inspiration du moment.

    <script type="text/javascript"> if (GetCookie('wordpressuser') == 'voirdit') { document.write(' '); } else { document.write(' '); } </script>

    votre commentaire
  • acheter ce numéro

    Art de l'enluminure n° 31

    Les Chroniques de Froissart

    N° 31 - Décembre/Février 2010 - 9.50 €

    ISSN : 0758413X

    Art de l'enluminure n° 31 - Décembre/Février 2010

    Description du numéro





    acheter ce numéro

    Art de l'enluminure n° 31

    Les Chroniques de Froissart

    N° 31 - Décembre/Février 2010 - 9.50 €

    ISSN : 0758413X

    Art de l'enluminure n° 31 - Décembre/Février 2010

    Description du numéro



    votre commentaire

    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique