• Sueurs de sang

    Titre : Sueurs de sang<o:p></o:p>

    Auteur : Abhimanyu Unnuth<o:p></o:p>

    Traduit du hindi en français par Kessen Budhoo et Isabelle Jarry<o:p></o:p>

    Titre original : Lal Passina<o:p></o:p>

    Préface de J.M.G. Le Clézio<o:p></o:p>

    Editeur : Stock (2001)<o:p></o:p>

    Collection : La Cosmopolite
    ISBN:  <o:p>2234053536
    423 pages 

     </o:p>

    <o:p> </o:p>

    Abhimanyu Unnuth est un romancier mauricien qui écrit en hindi, auteur de plus de trente romans. Sueurs de sang est le seul qui ait été traduit en français.

    L’histoire se situe à Maurice au 19e siècle, au moment de l’abolition de l’esclavage. Les esclaves d’origine africaine et malgache désertent en masse les propriétés agricoles. Les colons français de Maurice ont besoin de main d’œuvre. C’est alors que se met en place l’engagisme, et que des dizaines de milliers d’Indiens, trompés par les fausses promesses des rabatteurs, troquent la vie misérable qu’ils mènent en Inde contre le sort, encore plus épouvantable, qui les attend une fois débarqués sur la terre promise.

    Le roman décrit la violence quotidienne des engagés sur les plantations, les coups incessants, les viols des jeunes femmes par les patrons, la faim, les humiliations, la torture, la prison, les injustices, la privation totale du moindre droit. Les colons et leurs contremaîtres ont pouvoir de vie, de mort, de cuissage. Les cérémonies religieuses du pays d’origine sont interdites, tout comme l’enseignement de la lecture et de l’écriture des langues maternelles, les chants, la circulation hors du domaine… Les mariages ne peuvent se faire que sur décision du maître. La vie des chiens des blancs est infiniment plus douce que celle de ces ouvriers corvéables à merci. Et, bien sûr, le contrat de départ, qui prévoyait un retour possible au pays, devient caduc dès que le bateau quitte les côtes de l’Inde.

    Et pourtant, les damnés de la terre vont peu à peu redresser leur front, leur échine, couverts de sueurs de sang. Kundan, Kissan, puis le fils de ce dernier, Madan, osent se rebeller, regarder le blanc dans les yeux, et organiser la résistance.

    Leur héroïsme finit par venir à bout de la résignation des uns, de la lâcheté des autres. La lutte est longue, difficile, ponctuée de morts violentes. Les éléments eux-mêmes semblent être du côté des oppresseurs, les cyclones dévastant les petits champs de légumes dont les laboureurs, au prix de nombreuses vies, ont réussi à devenir propriétaires. Les épidémies déciment les villages. La souffrance et la mort sont omniprésentes.

    Mais l’amour est là, lui aussi. La misère absolue n’empêche pas les passions de naître, bien que tout le système soit organisé pour qu’on n’ait pas le temps, le loisir, ni la force d’aimer, de penser à autre chose qu’à se protéger des coups de fouet, ou à ce qu’on va manger le lendemain.

    Les organisateurs des camps de concentration nazis, hélas, n’ont pas eu grand-chose à inventer en l’art de dégrader l’homme, ne serait-ce que le fait de considérer l’individu comme un numéro : les engagés portent au cou leur plaque minéralogique…

    L’île Maurice, paradis des touristes ? Qu’ils lisent ce roman, au moins, avant de se prélasser sur nos belles plages. Fasse ce livre qu’ils sentent, dans le sable, sous leur dos bronzé, la trace des sueurs de sang !

    <o:p> </o:p>

     Patryck Froissart, le 5 janvier 2006<o:p></o:p>


  • Commentaires

    1
    visiteur_Christine
    Mardi 27 Novembre 2007 à 06:21
    Un livre qui a des allures de "Roots", c'est un roman "fondateur" pour une partie de la soci? mauricienne et ?c'est int?ssant. On est au coeur de la rencontre de l'Histoire, de la m?ire collective et de l'?iture romanesque. Reste qu'on regrette que ne soit pas soulign?ue l'engagisme est la r?tition, sur une m? terre et sur une courte p?ode de l'Histoire, de l'esclavage mauricien. L'ancien esclave y est m? un peu caricatur?t ?c'est dommage. Mais c'est un livre assez fort pour d?sser ces quelques retenues ou tout au moins les avoir en m?ire...
    2
    visiteur_Christine
    Mardi 27 Novembre 2007 à 06:27
    Bonne version
    Un livre qui a des allures de "Roots", c'est un roman "fondateur" pour une partie de la soci? mauricienne et ?c'est int?ssant. On est au coeur de la rencontre de l'Histoire, de la m?ire collective et de l'?iture romanesque. Reste qu'on regrette que ne soit pas soulign?ue l'engagisme est la r?tition, sur une m? terre et sur une courte p?ode de l'Histoire, de l'esclavage mauricien. L'ancien esclave y est m? un peu caricatur?t ?c'est dommage. Mais c'est un livre assez fort pour d?sser ces quelques retenues ou tout au moins les avoir en m?ire...
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :