• Poésies érotiques

    Titre: Poésies érotiques et autres poèmes

    Auteur: Evariste de Parny

    Éditions Grand Océan (2001)

    ISBN: 2911267788

    300 pages

     

    Cette édition du grand poète réunionnais rassemble Les Poésies Erotiques (1778), les célèbres Elégies consacrées à Eléonore, le grand amour du chevalier de Parny, et divers autres textes.

    Que le lecteur attiré par le titre du recueil ne s'attende pas à trouver ici un érotisme débridé. Il s'agit plutôt de poésie galante, libertine, où le poète revit ses amours charnelles passionnées avec Eléonore, sa jeune amante créole, qui s'est donnée à lui à l'âge de treize ans, et pour qui il a écrit également les très belles et romantiques Elégies.

    Les Poésies Erotiques, centrées sur le souvenir nostalgique de l'amour d'enfance, et Les Elégies, où le poète se lamente sur le caractère définitif de l'impossibilité de retrouver celle qu'il n'a pas cessé d'aimer, forment en effet un ensemble situant l'auteur à l'avant-garde du Romantisme.

    L'élégance de la poésie du chevalier de Parny, son expressivité, fondée sur une langue simple, dénuée d'ornements et de fioritures, et sa liberté de ton sont étonnamment modernes.

     

    Le long poème philosophique Le Voyage de Céline (1808) est également à découvrir.

     

    Evariste de Parny, appelé le « Tibulle créole» par Voltaire, est un très grand poète, trop peu lu.

     

    Il est regrettable que cette édition, qui avait pour noble objectif de le faire (re)découvrir, présente une quantité de fautes qui en polluent la lecture (orthographe désastreuse, confusions innombrables lors de la transcription des éditions originales, en particulier sur le « s » long, écrit ʃ à l'intérieur du mot au 17e siècle, et très souvent transcrit ici « f »), et comporte plusieurs textes insérés deux fois, sans qu'on en voie l'utilité, dans le recueil.

     

    Je recommande au lecteur de lire les oeuvres de Parny dans d'anciennes éditions.

     

    Né en 1753 à St Paul (Réunion), Evariste Désiré de Forges de Parny, chevalier de Saint-Louis, vicomte de Parny, membre de l'Académie Française, est mort à Paris en 1814.

     

    La chansonnière et poétesse réunionnaise Célimène, selon certains, serait la fille de Valère, elle-même fille naturelle de Parny et de sa maîtresse malgache Léda... Mais ceci est une autre histoire.

     

    Patryck Froissart

    Plateau Caillou, le 12 mai 2009

     

     

     

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :