• Panorama de la littérature médiévale

    Les grandes étapes de la littérature au Moyen Âge

    Repères chronologiques


    La littérature médiévale évolue entre l’oralité et l’écriture. En perpétuelle mutation, les oeuvres
    sont continuellement remaniées selon les goûts du public (cf. les différentes versions de Tristan, la
    continuation du Roman de la Rose de Guillaume de Lorris par Jean de Meun, par exemple).
    Lorsque les écrits seront fixés par l’imprimerie, ils deviendront intouchables ; ils ne pourront plus
    être transformés au gré des additions, des interpolations et des suppressions.
    Naissance d’une littérature de langue française
    La littérature française est née à partir du Xe siècle de la rencontre entre la culture populaire des
    jongleurs et la culture savante des clercs. Les premiers écrits en langue dite vernaculaire – la
    langue utilisée à l’oral, l’ancien français – sont des vies de saints, des chansons rustiques
    véhiculant de vieux motifs folkloriques venus de la culture orale. Le vers octosyllabique en est
    l’expression privilégiée.


    * 950 Cantilène de Sainte Eulalie : Premier poème en « français »


    * Milieu du XIe siècle, La vie de saint Alexis, première oeuvre en langue d’oïl,
    employant des procédés lyriques et narratifs dont la chanson de geste fera son profit.


    * La chanson de geste – épopée en français, le roman et la poésie courtoise – naissance de la
    littérature satirique et comique


    * A la fin du XIe siècle, et au XIIe siècle, les clercs se mettent à leur tour à écrire en français en
    suivant les thèmes poétiques et les procédés rhétoriques des auteurs antiques – Virgile et Stace,
    pour l’inspiration épique, Ovide pour la lyrique amoureuse – enseignés dans les écoles. Ces
    oeuvres inaugurales, en rupture avec les discours savants ou religieux, trouvent leur chemin entre
    imitation des modèles, exploration de nouveaux territoires et mise par écrit de traditions orales (cf.
    Chanson de Roland). Ces chansons de geste sont en vers décasyllabiques.


    * 1060 Chanson de Roland, texte fondateur de notre littérature


    * 1095 Début de la première Croisade Le XIIe siècle est dominé par la poésie lyrique des
    troubadours et des trouvères qui s’expriment en langue d’oc et en langue d’oïl. L’amour et la
    nature sont les thèmes privilégiés de leurs poèmes composés de quatre ou cinq strophes
    isométriques – ayant toutes le même nombre ce vers. Ce sont les Troubadours qui les premiers
    dans la littérature française associent le thème du printemps au thème de la renaissance
    amoureuse, à travers des poèmes nommés Reverdies. Le thème de la fin’amor – l’amour courtois –
    se propage grâce aux troubadours ; il va conquérir peu à peu le roman et s’introduire dans les
    modes de vie des grands seigneurs. Aliénor d’Aquitaine joue un rôle considérable dans la
    diffusion de l’amour courtois.


    * 1127 Mort de Guillaume IX d’Aquitaine. C’est le plus ancien troubadour connu. Son oeuvre
    poétique fixe les canons du lyrisme courtois, les thèmes abordés fondent les grandes lignes de
    l’érotique courtoise et imposent la figure exemplaire de l’amant courtois.
    Le roman courtois en vers apparaît. D’abord, libre adaptation d’épopées latines avec suppression
    de scènes mythologiques, ajout d’épisodes de combats et de description réactualisés, importance
    accordée aux intrigues sentimentales, le roman trouve rapidement son autonomie et sa plénitude
    avec Chrétien de Troyes et les oeuvres du cycle de la Table Ronde.


    * 1150 Le Roman de Thèbes, libre adaptation de La Thébaïde du poète latin Stace.
    Premier roman en langue française. Vers octosyllabiques.


    * 1160 Premiers lais de Marie de France. Le Roman d’Enéas, libre
    adaptation de L’Enéide de Virgile. Vers octosyllabiques.

    * 1162 Chrétien de Troyes, le plus grand romancier du Moyen Âge écrit son premier roman,
    Érec et Énide. Amour courtois et aventure chevaleresque.

    * 1170 Le roman de Renart.

    * 1181 Chrétien de Troyes, Le Chevalier de la charrette. L’auteur
    introduit dans le roman le thème lyrique de la fin’amor cher aux
    Troubadours – un amour adultère, tourmenté et secret, à la fois sensuel et
    mystique, où la Dame exerce sa toutepuissance sur son vassal.

    * 1183 Chrétien de Troyes, Le Conte du Graal, roman inachevé. Le romancier y
    renouvelle l’idéal chevaleresque et le roman courtois.

    * 1190 Mort de Chrétien de Troyes


    * La littérature comique et satirique représente un autre courant très fécond, qui s'intéresse
    davantage à des personnages non nobles – paysans, artisans, commerçants, prostituées. Du Roman
    de Renart aux fabliaux et aux premiers « jeux » dramatiques un même souffle circule,
    provocateur, grivois et tourné vers les réalités du corps. À mi-chemin entre la littérature cléricale
    (un poème latin, Ysengrimus, fixe dès le milieu du XIIe siècle les principaux personnages) et les
    contes d'animaux, Renart est d'origine inconnue. Des textes alsacien et flamand sont
    contemporains des premières branches françaises, c'est-à-dire les récits regroupés de 1171 à 1250
    sous le nom de Roman de Renart.


    * L’âge d’or du roman en prose – évolution de la poésie lyrique

    * 1202 Jean Bodel : Les Congés

    * 1204 Quatrième croisade : Prise de Constantinople

    * Début du XIIIe siècle, Robert de Boron, Le Merlin en prose

    * 1220-1230 le Lancelot-Graal, vaste ensemble cyclique composé de l'Histoire du Saint Graal, relatant l’itinéraire de Joseph d’Arimathie qui recueillit le sang du Christ, de l’Histoire de Merlin qui conte l’instauration de la Table
    Ronde et l’événement d’Arthur, d’un Lancelot, de La Quête du Saint Graal et de La Mort
    du roi Arthur. Ce dernier roman raconte la déchéance et l’agonie du monde arthurien.


    * 1220 Galeran de Bretagne, nouveau type de roman qui refuse le merveilleux du roman arthurien et recherche l’effet de réel.

    * 1226 Saint-Louis roi de France

    * 1230 Guillaume de Lorris, Le Roman de la Rose. Atteint rapidement le statut de chef d’oeuvre. Somme
    romanesque et poétique qui fait l’inventaire du monde courtois et l’allégorise. Continué
    vers 1270 par Jean de Meun. C’est le récit d'un songe racontant la conquête de la Rose,
    emblème de la femme aimée, et emprunte ses figures à la poésie courtoise et au roman
    arthurien. En reprenant le poème – interrompu alors qu'Amant désespère de jamais revoir
    la Rose enfermée dans le château de Jalousie –, Jean de Meun l'infléchit dans un sens
    nouveau, intégrant le discours amoureux à des développements moraux, scientifiques et
    théologiques.

    * 1250 Premières bibles en français

    * 1253 Mort de Thibaut de Champagne

    * 1287 Mort présumée d'Adam de la Halle

    * 1290 Mort présumée de Rutebeuf

    * 1291 Marco Polo écrit le récit de ses voyages


    * La fin du Moyen Âge, permanences et renouvellements


    Longtemps, les XIVe et XVe siècles ont été perçus comme une période de déclin. C’est pourtant
    pendant cette époque de crise politique, économique et sociale que, dans la littérature, s’opèrent
    des mutations décisives qui atteindront leur plein épanouissement à la Renaissance.
    Après le roman, la prose s’impose définitivement dans la littérature historique, didactique et
    morale. Elle devient la forme dominante de l'écriture. Il faut noter malgré tout, que c’est à cette
    période que sont écrits les derniers grands romans arthuriens en vers :

    *  le Méliador (entre 1365 et 1380) de Jean Froissart ;

    * Ysaye le triste (anonyme, après1350) raconte l’histoire du fils de Tristan.


    * Mais le plus célèbre, le Roman de Mélusine de Jean d’Arras est en prose. Le vers quant à lui
    triomphe sur le territoire de la poésie lyrique qui poursuit sa transformation, commencée au XIIe
    siècle.

    * 1301 Première publication de La Divina Comedia de Dante

    * 1306 Mort d’un des derniers troubadours, Peire Cardenal

    * 1330 Pétrarque commence son Canzoniere


    L’essor pris par les traductions des oeuvres de l’Antiquité annonce déjà la Renaissance dans
    l’effort de renouer avec la grande littérature classique. Ainsi Charles V fera traduire pour sa «
    librairie », bibliothèque qui comptait à sa mort mille deux cents manuscrits et qui a constitué le
    point de départ de la future Bibliothèque royale, la Cité de Dieu de saint Augustin, l’Éthique et la
    Politique d'Aristote, traduites par Nicolas Oresme, conseiller du roi, la première partie de
    l’Histoire romaine de Tite-Live.


    * 1337 Début de la guerre de 100 ans

    * 1348 La Peste Noire

    Le contexte de crise et d'incertitude favorise une abondante littérature morale, didactique. Se
    multiplient aussi les «miroirs du prince», proposant, dans ces temps troubles, l’image idéale du
    souverain ou s'interrogeant sur l'exercice du pouvoir, sur la nouvelle relation entre royauté et
    papauté, dans un contexte où s'affirme de plus en plus l'idée de l’État national. Tels sont le Songe
    du Vieil Pèlerin de Philippe de Mézières, le Songe du vergier, le Rosier des guerres, attribué à
    Louis XI, ou plusieurs textes de Christine de Pisan.

    * 1350 Boccace : Le Décaméron

    * 1374 Mort de Pétrarque

    * 1377 Mort de Guillaume de Machaut


    Notons, l’émergence d’une réflexion théorique sur l'écriture, qui en ce domaine également,
    annonce la Renaissance. Le chroniqueur s'interroge sur la qualité et l'authenticité de ses sources, le
    romancier sur l'ordonnance du récit. Mais l'écrivain réfléchit surtout au statut même de la création
    poétique, à sa condition d'écrivain et au rapport nouveau qui s'institue entre le pouvoir et l'écriture.
    Dans ce domaine, les écrits d’Eustache Deschamps sont fondamentaux.


    * 1392 Eustache Deschamps, Art de dictier et de fére chansons
    Jean d’Arras, Le Roman de Mélusine


    * 1393 Christine de Pisan, Epître au Dieu d'Amour.
    Querelle du Roman de la Rose

    * 1405 Christine de Pisan, La Cité des Dames


    * 1407 Mort de Eustache Deschamps


    * 1410 Mort de Jean Froissart (?)


    La période est marquée par l’évolution du statut de l’écrivain. Au XIIIe siècle, l’écrivain tendait à
    devenir un professionnel. C’était le cas de Jean Bodel, dont le talent était au service de la
    Confrérie des Jongleurs et Bourgeois d'Arras, ou de Rutebeuf, au service de l’Université de Paris.
    Au XIVe siècle, cette semi-professionnalisation du statut de l’écrivain s’affirme en empruntant
    différentes voies.


    La voie du mécénat
    Pour vivre de leur plume, tous les grands écrivains hommes de l'époque cherchent à se mettre au
    service d'un protecteur puissant qui, en échange de leurs écrits, leur fournira de riches bénéfices :
    Guillaume de Machaut est ainsi au service de Jean de Luxembourg. Il devient chanoine de
    Reims, ce qui lui permet de poursuivre sa carrière d’écrivain dans une certaine aisance matérielle.
    Froissart s’engage au service de l’épouse du roi Édouard III d'Angleterre, Philippa de Hainaut,
    devient chanoine de Chimay puis chapelain de Guy de Blois. Eustache Deschamps, attaché au
    service de Louis d'Orléans, père du poète Charles d’Orléans, sera tour à tour militaire, juriste,
    fonctionnaire.
    Tous ces auteurs, dépendant de la bienveillance d'un mécène, sont obligés d'écrire sur commande.
    L’écrivain, créateur d’entreprise
    Christine de Pisan est la première femme à vivre de son activité d'écrivain. Restée veuve avec
    une famille à charge, les charges ecclésiastiques, juridiques et militaires, lui étant par définition
    interdites, elle crée un scriptorium privé qu'elle dirige de main de maître. Cette situation permet à
    Christine de Pizan une certaine liberté créatrice. Elle explore tous les domaines de la production
    littéraire, avec une création variée où les pièces lyriques alternent avec les traités historiques,
    moraux, avec des ouvrages politiques, inspirés par la réalité contemporaine.


    * 1415 Bataille d’Azincourt. Charles d’Orléans est fait prisonnier.

    * 1424 Alain Chartier écrit La Belle Dame sans Mercy

    * 1429 Jeanne d'Arc chasse les Anglais d’Orléans

    * 1430 Mort de
    Alain Chartier et de Christine de Pisan Cette période se caractérise également par une remise en question des valeurs courtoises et voit s'affirmer un courant de littérature misogyne qui anime de grandes querelles littéraires et
    idéologiques. Le point de départ en est Le Roman de la Rose de Jean de Meun et sa vision
    antiféministe, à quoi s'ajoute, vers 1425, la querelle suscitée par la Belle Dame sans mercy d'Alain
    Chartier, mise en question du système des valeurs courtoises. C’est pour s'opposer à Jean de Meun
    et à ses disciples que Christine de Pisan écrit la Cité des Dames, « défense et illustration de la
    femme » et revendication de ses droits légitimes. Dans le même temps, dans le registre amoureux,
    la poésie de Charles d’Orléans restitue à la tradition courtoise sa fraîcheur originelle, telle qu’elle
    était exprimée dans le Roman de la Rose de Guillaume de Lorris.


    * 1435 Apaisement de la guerre de 100 ans

    * 1440 Gutenberg fait ses premiers essais d'imprimerie
    Libération de Charles d’Orléans

    * 1453 Impression du premier livre, une bible latine

    Chute de Constantinople

    * 1455 Première bible de Gutenberg


    Le XVe siècle se caractérise surtout par le grand retour de la poésie. Le thème de l’amour courtois
    perdure mais englobé dans un lyrisme plus personnel comme en témoigne la poésie de Christine
    de Pizan, Charles d’Orléans et François Villon. Ce dernier fait également évoluer l’écriture
    poétique canonique en ayant recours à un langage familier.


    * 1456 Villon, Le Lais

    * 1457 François Villon la cour de Charles d’Orléans, Blois

    * 1461 Villon écrit, en prison, le Testament

    * 1463 Mort de François Villon

    * 1465 Mort de Charles d’Orléans

    * 1470 Premier livre imprimé en France, Les Lettres de G. Barzizza


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :