• Le tournoi de Saint-Inglevert

    En ce temps-là dans le Boulonnais

    Le tournoi de Saint-Inglevert, célèbre dans toute l'Europe féodale

    mercredi 20.01.2010, 14:00

    Rien n'était plus à la mode que les tournois au Moyen Age. Rien n'était plus à la mode que les tournois au Moyen Age.

    Rien n'était plus à la mode au Moyen Age que les tournois. Ils étaient le rendez-vous de ce que la chevalerie avait de plus brillant.

    Véhicule de l'honneur, auréole de la gloire, ils servaient à entretenir l'esprit militaire. Les chevaliers français y acquirent une très grande réputation et leur célébrité était telle qu'on disait que "si le diable venait de l'Enfer pour proposer un défi, il se proposerait un Français pour le combattre".
    A l'époque où les Anglais étaient maîtres de Calais et du territoire appelé ensuite "le pays reconquis", le village de Saint-Inglevert appartenait à la France et formait la frontière des deux royaumes. Il y avait dans ce village « une plaine belle, ample, unie, verte et herbue », d'après Froissart. Et c'est sans doute cette double particularité qui fit donner à Saint-Inglevert la préférence pour les tournois. Ce sont les seuls d'ailleurs qui ont retenu l'attention des historiens contemporains. Celui qui laissa la plus grande impression se déroula en 1389 quand le roi de France, Charles VI, autorisa le maréchal de France Jean de Boucicault et deux chambellans à profiter de la trêve conclue à Leulinghen pour y tenir un tournoi. Il y mit pour condition qu'il serait précédé d'un cartel de défi.
    Boucicault fit confectionner aussitôt une bannière sur laquelle il fit peindre l'écu de ses armes avec pour devise "ce que vous voudrez", la fit porter en Angleterre, en Flandre, en Espagne, en Italie, en Allemagne et y fit publier « qu'accompagné de deux chevaliers, l'un messire Regnault de Roye, l'autre messire de Sempy, il tiendrait la place, l'espace de trente jours, depuis le 30 mars 1390 jusqu'au 20 avril suivant, entre Calais et Boulogne , au lieu-dit Saint-Inglevert, attendant tous venants, prêts à délivrer la joute à tous chevaliers et écuyers, qui les en requerraient, sans faillir un jour excepté les vendredis ». Cette publication fut affichée plus de trois mois avant le jour fixé pour le début du tournoi.
    Le jour venu, la plaine de Saint-Inglevert présentait un spectacle curieux : on y voyait dix-huit tentes fort belles parmi lesquelles on remarquait celles des juges du camp placées au milieu de la lice sur un tertre élevé, celui qui était destiné aux chevaliers étrangers et, surtout, les trois tentes qui appartenaient aux champions français. En avant des tentes de ces trois champions, on avait placé un grand orme qu'on avait transporté en ce lieu depuis Leulinghen où on l'avait déraciné. Trois branches de cet arbre fixaient particulièrement l'attention : sur chacune d'elles ont avait dressé dix lances, cinq de paix et cinq de guerre, et l'on avait suspendu les deux écus de chaque tenant. Au dessus, on avait suspendu les armoiries de la devise de chacun d'eux pour marque distinctive. Un cor était attaché à l'arbre ; le chevalier qui se présentait pour combattre devait sonner de ce cor. Et comme les joutes étaient de deux sortes, ou de guerre ou de paix, il faisait connaître son choix en frappant sur l'un des écus, celui de guerre ou celui de paix. Dans la joute de guerre, on pouvait tuer son adversaire, dans la joute de paix, l'adresse à rompre une lance donnait la victoire.
    La publicité donnée à ce tournoi, la réputation des guerriers qui devaient le tenir, avait attiré une foule immense composée de chevaliers, d'écuyers, héraults d'armes, ménestriers, trompettes, personnes de tous sexes et de toutes conditions.

    La gloire pour les chevaliers français
    Le roi de France, vêtu d'un déguisement pour n'être point reconnu, se trouvait parmi les spectateurs ; il était accompagné du sire de Garancières. On remarquait beaucoup de chevaliers étrangers, mais les plus nombreux, et de loin, étaient les Anglais, dont le plus illustre n'était autre que Jean de Hollande, le propre frère de Richard, roi d'angleterre. Il fut le premier qui sonna le cor et toucha l'écu de guerre de Boucicault. Celui-ci parut aussitôt à cheval. Les deux combattants s'avancèrent dans la lice. Ils portaient un armement lourd :le haubert ou cotte de mailles, le heaume, casque de métal et l'écu, grand bouclier de bois renforcé de plaques de fer, à quoi s'ajoutaient la lance et l'épée. Au son des trompettes, ils baissèrent leurs heaumes, empoignèrent solidement la lance et foncèrent l'un vers l'autre. Au premier choc Boucicault perça le bouclier de Jean de Hollande, qui ne fut pourtant pas blessé.
    Au deuxième coup de lance, les deux chevaliers se touchèrent mais sans se faire de mal et au troisième, ne pouvant maîtriser leurs montures, il leur fut impossible de se rapprocher.
    Jean de Hollande voulut ensuite jouter contre le sire de Sempy et dans ce but, frappa son écu de guerre. A la première course qu'il fournit contre lui, il perdit son casque et sa lance ; la deuxième course fut sans résultat et à la troisième, les cavaliers se portèrent des coups si violents qu'ils chancelèrent en même temps que leurs chevaux et qu'on vit leurs casques étinceler. Celui de Sempy tomba à terre. Jean de Hollande demanda une autre joute pour l'amour de sa dame, mais les juges du camp s'y opposèrent parce qu'il en avait déjà fourni six. Il se retira alors dans sa tente et Sempy dans la sienne, tous deux couverts de gloire.
    Ce fut alors le tour de Regnault de Roye, dont le comte Maréchal frappa l'écu de guerre. Regnault se distingua autant que ses deux autres compagnons : il enfonça sa lance, à la deuxième course, dans l'écusson de son adversaire et à la troisième, il fit voler son casque à terre.
    Pendant cette journée et celles qui suivirent, Boucicault, Sempy et Reganault combattirent tous les chevaliers et écuyers qui se présentèrent dans la lice - Anglais, Espagnols, Allemands- et remportèrent tous leurs combats.
    A l'issue du quatrième jour, les chevaliers étrangers qui avaient pris part aux joutes échangèrent avec les chevaliers français quelques compliments de courtoisie et leur firent leurs adieux.
    Le roi de France retourna, comme les jours précédents, coucher à Marquise et le lendemain il partit pour Creil où se trouvait la reine. Il y fêta, ainsi que toute la cour, les trois glorieux tenants de retour de Saint-Inglevert qui avaient passé les trente jours portés dans le cartel de défi sans avoir eu de nouveaux combats à soutenir. Tel est le récit relaté dans la chronique.

    André VERLEY

    <script language="javascript" type="text/javascript">OAS_AD('Position1');</script>
    La Semaine dans le Boulonnais

    AddInto


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :