• Le crépuscule de l'aube

    Titre : Le crépuscule de l’aube, ou De la volupté du pouvoir

    Auteur : Christophe Vallée

    Imprimé à Maurice par HQP

    ISBN : 9990399433

     <o:p></o:p>

    Ce premier roman de Christophe Vallée, qui avait habitué ses lecteurs au genre de l’essai philosophique et à celui de la chronique philosophique hebdomadaire de l’Express de Maurice, n’est peut-être pas un coup de maître mais peut être considéré comme un joli coup… d’essai.

    Il raconte, à la première personne, l’enfance, l’adolescence, la vie estudiantine et la soudaine ascension politique d’un jeune grand-bourgeois remarqué par un certain Mitterrand au soir d’un certain 10 mai.

    Le regard est lucide, le trait de plume acéré, l’encre souvent acide.

    Tout en se disant, le narrateur dit, commente, portraiture les faits, petits et grands, mesquins et nobles, de l’Histoire, et les personnages qui évoluent sur cette trame de fond.

    Une trame dont on ne connaît pas assez l’envers, des fortunes dont on ignore souvent les revers, des personnages dont on découvre parfois les travers : l’ensemble constitue une sorte de marche initiatique, au terme de laquelle le narrateur et personnage central, blasé, désabusé, mais riche de la sagesse accumulée par l’observation de ses pairs, se retire de la vie publique dont il est sur le point d’atteindre les plus hautes cimes, et se lance cette phrase libératrice :

    « Aujourd’hui, j’ai cinquante ans et je veux vivre ».

     <o:p></o:p>

    Voilà un petit roman qui se lit avec quelque plaisir, tant on est toujours friand de savoir ce qu’il y a derrière le miroir de la république.

     <o:p></o:p>

    L’arrivée soudaine de personnages dont la vie, toujours dramatique, est racontée brièvement et densément au milieu du courant narratif qu’elle interrompt peut surprendre, voire agacer, mais leur valeur exemplaire pourrait remplacer les illustrations qui parsemaient autrefois nos romans. On devrait pouvoir s’y faire.

     <o:p></o:p>

    Un autre regret : Christophe Vallée n’ayant pas eu sans doute la possibilité de corriger suffisamment les épreuves de son livre, les fautes d’orthographe sont nombreuses, et plusieurs incorrections grammaticales viennent gêner la bonne lecture. A quand une bonne réédition ?

     <o:p></o:p>

    Patryck Froissart, le 6 juin 2006


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :