• Le Concile d'Amour

    Titre: Le Concile d'Amour

    Auteur: Oscar Panizza

    Titre original: Das Liebeskonzil

    Traduit de l'allemand par Jean Bréjoux

    Postface d'André Breton

    Editions Autrement, Paris, 1994

    141 pages

    ISBN: 2862604984

     

     

     

    Le texte de cette satire a été publié en 1856, a été immédiatement censuré, et a valu à son auteur, le poète allemand Oscar Panizza, un an de prison pour blasphème.

    La pièce n'a été jouée que plus d'un siècle après, à Paris en... 1968.

     

    Le prétexte en est l'épidémie de syphilis née en 1495 dans l'Italie occupée par les troupes françaises. Cette maladie, jusqu'alors inconnue, fut considérée à l'époque comme une punition divine, au moment même où le pape Alexandre, sa famille et sa cour se livraient à leurs célèbres débauches.

     

    Le poète, deux fois maudit puisqu'il fut poursuivi, harcelé toute sa vie par la police allemande et qu'il finit par sombrer dans la folie, met ici en scène un concile réunissant le dieu des chrétiens, Jésus, Marie et le diable. L'objet de la réunion est d'inventer, pour punir les hommes de la frénésie sexuelle qui les agite alors à l'exemple de ce qui se passe à la cour papale, un mal qui doit les atteindre par où ils pèchent. Le diable, chargé de préparer le miasme magique, fabrique les germes de la syphillis.

     

    L'argument pourrait paraître très “catholique”.

     

    Mais les personnages du concile d'en haut sont grotesques et peu sympathiques. Dieu est un vieillard cacochyme, goutteux, perclus, et velléitaire. Jésus est faible et maladif. Marie est légère et plutôt simplette...

     

    En bas, le pape Alexandre et ses courtisans, que les membres du concile d'en haut regardent et écoutent fêter la Pâque de 1495, s'adonnent gaiement, insouciants, à des occupations bien plus profanes qu'ecclésiastiques, et profèrent en riant des discours sacrilèges.

     

    Pour le peuple, le lien de cause à effet entre la licence de Rome d'une part, l'apparition de la “vérole” et l'occupation française d'autre part est une évidence.

     

    Les dialogues sont crus. L'outrance est voulue. L'obscénité est recherchée. La vulgarité est étudiée.

     

    Le poète s'en excuse devant ses juges :

    “ Lorsqu'un auteur entend écrire une satire, une satire divine, il en est réduit, comme n'importe quel autre artiste, aux modèles humains. Il lui faut transposer chez les Dieux les travers grotesques qu'il observe chez les hommes.”

    Lors de son procès, il se réfère à Aristophane, à Wright, à Rabelais, à Voltaire, à Parny...

    On ne peut pas ne pas adhérer à ce combat de la raison contre toutes les crédulités.

    Un livre sain pour apprécier les livres saints à leur juste mesure.

     

    Patryck Froissart, Plateau Caillou, le 24 avril 2009

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :