• L'éloge de l'opaque ellipse

    Titre : L’éloge de l’opaque ellipse

    Auteur : Patryck Froissart

    Edition : HQP, Maurice, mars 2006

    184 pages

    ISBN : 99903-994-2-5

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>

    Ce deuxième ouvrage de Patryck Froissart est un long « proème » (poésie à formes fixes et classiques + prose poétique + poèmes de forme libre + poésie prosaïque…).

    Le thème, unique, en est la quête éternelle de l’amour, ou de la femme, en vérité des deux.

    Cette histoire d’amour, comme toutes les histoires d’amour, est alternance de pleins et de vides, de départs, d’arrivées, de retours, de disparitions, de retrouvailles, de réincarnations, de ruptures, d’événements et d’ellipses.

    L’ellipse littéraire, comme l’éclipse, est opaque, sombre, mystérieuse.

    Elle est voulue, souhaitée, ou imposée.

    Durant l’ellipse, normalement, pour le lecteur, il ne se passe rien.

    Il n’en est pas de même pour le narrateur, qui continue à vivre son histoire.

    Ce livre ne parle que de ce qui se passe pour le narrateur lorsqu’il ne se passe rien pour le lecteur.

    Ce livre est un éloge de l’ellipse.

    Le narrateur n’y exprime que ce qui, habituellement, est du domaine du non-dit, ou plutôt du non-écrit.

    Patryck Froissart s’y impose des contraintes de forme très rigoureuses, faisant alterner de façon systématique un poème de forme classique, fortement structuré, sur une prosodie régulière, puis un poème à vers libres, puis un récit en prose de longueur mesurée.

    La lecture attentive révèle les relations qui unissent toutes ces formes entre elles, les clés pour une entrée empathique dans le texte, le contexte, l’intertexte et le sous-texte sont faciles à trouver.

    Je n’en dis pas plus.

    <o:p> </o:p>

    Patryck Froissart, le 10 mars 2006

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :